La blockchain, l’autre révolution – Interview de Serge SOUDOPLATOFF

Serge SOUDOPLATOFF est un passionné, expert et entrepreneur de l’Internet. Il a cofondé plusieurs start-up et s’intéresse depuis aux aspects stratégiques liés à la Renaissance numérique, son thème favori. Depuis juin 2010, il s’occupe de la rubrique politique 2.0 à Fondapol, Fondation pour l’innovation politique. Il a notamment co-rédigé la note « La Blockchain ou la confiance distribuée » avec Yves Caseau, Directeur Digital et Innovation d’AXA.

 

La blockchain est-elle une révolution aussi importante que l’a été internet? 

Oui, aussi importante. Avant Internet, on ne pouvait communiquer qu’en utilisant les chers services d’un opérateur de téléphonie. Même le talkie walkie était limité. Aujourd’hui, on arrive dans n’importe quel endroit dans le monde avec du wifi, on se connecte, et on fait du skype, du viber, ou du whatsapp. Il n’y a plus besoin de ce tiers de confiance. Le monde de la transaction va vivre le même bouleversement : la technologie blockchain permet d’assurer le même service transactionnel avec le même niveau de sécurité et d’auditabilité sans besoin d’un tiers de confiance.

 

Où en est-on vraiment de son développement? Qui l’utilise? 

Le premier grand usage de la blockchain, c’est le bitcoin. Aujourd’hui, il ya plus de 16 millions de bitcoins en circulation, pour une valeur totale de 14 milliards de dollars environ. D’autres crypto monnaies sont nées aussi, sur la technologie blockchain. La blockchain commence à être utilisée dans d’autres secteurs: le Honduras a mis son cadastre sur une blockchain; l’Estonie a mis les dossiers médicaux des patients dans une blockchain; à Brooklyn, les habitants s’échangent de l’énergie grâce à une blockchain aussi. Nous n’en sommes qu’au début !

 

Pourquoi la blockchain se développe-t-elle maintenant et quelles tendances sociologiques traduit-elle ?

La blockchain est une technologie sophistiquée qui permet de distribuer la confiance, sans tiers de confiance. Cette technologie arrive dans un moment où il y a crise de confiance dans les institutions. Aujourd’hui, on ne fait pas confiance aux Gafa, ni aux marques, ni aux états. On fait confiance à ses amis et à sa famille. La blockchain, qui permet de décentraliser et de distribuer la confiance, arrive à point nommé.

 

Se méfie-t-on de la blockchain et doit-on s’en méfier? 

La seule peur à avoir est la peur de sa propre peur…

 

A quel horizon serons-nous totalement « blockchainisés »?

Les cinq prochaines années vont voir se développer beaucoup de blockchain dans divers domaines. La technologie sera alors bien stabilisée, et les usages seront trouvés.

 

Est-ce que la blockchain va faire disparaître des métiers? Et si oui, lesquels?

Les opérateurs de télécom n’ont pas disparu; mais leur rôle de tiers de confiance a été éliminé. Tous les tiers de confiance transactionnels : banques, notaires, assurances, etc. vont souffrir la même révolution. Seuls ceux qui sauront se transformer vont survivre.

 

Nous vous donnons rendez-vous le mardi 31 janvier aux côtés de Serge Soudoplatoff et d’autres invités, pour conférence petit-déjeuner exceptionnelle :

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *